Le PET-scan comme nouvel outil diagnostique non-invasif du rejet aigu chez le patient transplanté rénal

10/08/2017

La transplantation rénale représente le meilleur traitement pour les patients atteints d’insuffisance rénale terminale. Chaque année, plus de 3500 transplantations rénales sont effectuées dans la zone Euro-Transplant dont la Belgique fait partie. Le principal écueil de la transplantation est le rejet aigu du greffon, particulièrement fréquent au cours de la première année post greffe. Le diagnostic d’un rejet aigu est suggéré par l’élévation aiguë de la créatinine sérique, et confirmé par une ponction-biopsie du greffon rénal. Cependant, le prélèvement percutané d’un échantillon rénal reste très invasif, nécessite l’hospitalisation du patient, et comporte un risque non-négligeable de complications (telles que saignement ou infection).

 

Dès lors, les chercheurs s’appliquent à valider une méthode diagnostique alternative, idéalement non-invasive ! Dans une publication parue en 2016 dans « The American Journal of Transplantation », les équipes de François Jouret et Roland Hustinx ont, pour la première fois, démontré l’intérêt du PET-scan au 18F-fluoro-déoxy-glucose (18FDG) dans le diagnostic du rejet aigu chez le transplanté rénal. Le glucose marqué au fluor F18 est utilisé comme traceur de l’inflammation. Lors d’un rejet aigu, le greffon est massivement envahi par les cellules inflammatoires avides de glucose, ce qui engendre une accumulation quantifiable de ce traceur radioactif dans le parenchyme rénal. A l’inverse, un greffon rénal « normal » se caractérise par l’absence de signal cortical. Notons que l’irradiation est faible (de l’ordre de 5 mSv, c-à-d inférieure à un scanner de l’abdomen (8mSv)). Vu la faible spécificité du 18FDG, les chercheurs liégeois visent la meilleure valeur prédictive négative afin d’éviter une ponction-biopsie vaine aux patients transplantés rénaux.

 

Outre cette approche basée sur l’imagerie nucléaire, d’autres pistes sont explorées dans le diagnostic non-invasif du rejet rénal aigu, telles que l’imagerie par résonance magnétique et/ou l’identification de biomarqueurs sanguins et urinaires. Plus précisément, une équipe parisienne propose de considérer l’excrétion urinaire accrue des protéines CXCL9/CXCL10 comme marqueur précoce d’un rejet aigu, tandis qu’une équipe américaine s’intéresse à l’excrétion urinaire des ARN de 3 gènes (CD3ε, IP-10 and 18S) en tant que signature diagnostique du rejet aigu. Ces approches ne sont pas encore adoptées en routine clinique, mais sont l’objet de nombreux essais cliniques prospectifs.

 

Le travail du Dr François Jouret et de ses collaborateurs (Dr Laurent Weekers, Dr Catherine Bonvoisin) consiste à réaliser prospectivement un PET-scan au 18FDG avant toute ponction-biopsie rénale réalisée dans le cadre d’une suspicion de rejet aigu de greffe rénale, et de corréler les résultats de l’imagerie à l’histologie rénale (considérée comme l’étalon diagnostique). En outre, ils quantifient l’excrétion urinaire des protéines CXCL9/CXCL10 afin de combiner les différentes approches non-invasives et ainsi renforcer la puissance diagnostique. Ces travaux de recherche, validés par le comité d’éthique hospitalo-facultaire et soutenus par le Fonds d’Investissement pour la Recherche Scientifique (FIRS) du CHU de Liège et le FNRS pourraient à terme améliorer la prise en charge – non-invasive – des patients transplantés rénaux !

 


 

Sources :

 

Clin Kidney J. 2017 Feb;10(1):97-105. doi: 10.1093/ckj/sfw062. Epub 2016 Jul 28.
Non-invasive approaches in the diagnosis of acute rejection in kidney transplant recipients. Part I. In vivo imaging methods.

Hanssen O1, Erpicum P1,2, Lovinfosse P3, Meunier P4, Weekers L1, Tshibanda L4, Krzesinski JM1,2, Hustinx R3, Jouret F1,2.

 

Clin Kidney J. 2017 Feb;10(1):106-115. doi: 10.1093/ckj/sfw077. Epub 2016 Sep 6.
Non-invasive approaches in the diagnosis of acute rejection in kidney transplant recipients, part II: omics analyses of urine and blood samples.

Erpicum P1,2, Hanssen O1, Weekers L1, Lovinfosse P3, Meunier P4, Tshibanda L4, Krzesinski JM1,2, Hustinx R3, Jouret F1,2.

 

 

PLoS One. 2016 Sep 22;11(9):e0163021. doi: 10.1371/journal.pone.0163021. eCollection 2016.
Nuclear Magnetic Resonance Metabolomic Profiling of Mouse Kidney, Urine and Serum Following Renal Ischemia/Reperfusion Injury.
Jouret F1,2, Leenders J3, Poma L1,2, Defraigne JO2, Krzesinski JM1,2, de Tullio P

 

Clin Nucl Med. 2016 Sep;41(9):683-7. doi: 10.1097/RLU.0000000000001298.

The Uptake of 18F-FDG by Renal Allograft in Kidney Transplant Recipients Is Not Influenced by Renal Function.

Jadoul A, Lovinfosse P, Weekers L, Delanaye P, Krzesinski JM, Hustinx R, Jouret F.

 

Am J Transplant. 2016 Jan;16(1):310-6. doi: 10.1111/ajt.13429. Epub 2015 Aug 24.
Fluorodeoxyglucose F(18) Positron Emission Tomography Coupled With Computed Tomography in Suspected Acute Renal Allograft Rejection.

Lovinfosse P1, Weekers L2, Bonvoisin C2, Bovy C2,3, Grosch S2,3, Krzesinski JM2,4, Hustinx R1, Jouret F2,4.